Alors, pourquoi un spermogramme ?

D'abord, avant d'en parler, il faut un peu situer le contexte.

Imaginez un couple de trentenaires parisiens qui s'aiment, depuis plus d'une décennie, sans discontinuer.

Imaginez un couple qui a construit sa vie commune, étape par étape.

Imaginez donc, j'ai dit trentenaires, hein, ce qui peut bien leur passer par la tête. Ils vivent ensemble, ils ont une vie professionnelle, une vie sociale, une vie familiale. Brefs, ils sont heureux comme une famille « pâte à tartiner ». Ah, mais non, car pour être heureux comme une « famille », il manque quelque chose (et ça n'est pas la pâte à tartiner, ça c'est bon, y en a)

Bon, ça fait deux ans à peu près qu'ils essayent d'avoir un enfant (depuis leurs 30 ans en fait, c'est un peu une barrière psychologique...). Et en plus, ils sont entourés d'autres trentenaires, qui essayent une fois, et hop, c'est dans la poche (vous n'imaginez pas les pulsions violentes qui parfois les animent : jeter des pierres aux femmes enceintes, tordre le cou aux bébés, pas joli joli tout ça).

Bon bref, ça fait deux ans qu'ils essayent, et il ne se passe rien. Elle en a parlé, il y a un peu à sa gynécologue, qui donc, appliquant la règle suivante : « On définit en général l'infertilité comme l'incapacité de concevoir après avoir eu des relations sexuelles régulières et non protégées pendant un an si une femme est âgée de moins de 35 ans », prescrit au couple une série d'examen à pratiquer , afin de définir qui, comment, pourquoi.

Bon, trentenaires = un peu bêtes... Car au lieu de pratiquer les examens tout de suite (ils ne sont pas tous agréables à passer, surtout pour la femme), ils se disent : « oh attendons quelques mois, pour voir si ça marche et puis on fera le point après ». Les quelques mois se transforment en un an (à cause d'une bonne résolution de premier janvier, en fait...), et puis il y a les vacances, et puis, et puis... Bien sûr, arrive ce que vous imaginez : un interminable cycle d'espoirs-déceptions (je vous jure, il suffit d'un jour de retard dans les règles pour s'emballer), et finalement, rien ne se passe.

Le retour de vacances est donc l'occasion de faire le point.