Bon, eh bien c'est le grand jour. Après avoir scrupuleusement suivi la consigne de 2 à 6 jours d'abstinence sexuelle (ne comptez pas sur moi pour vous dire combien exactement, ça ne vous regarde pas), je me présente au laboratoire dans lequel j'ai pris rendez-vous.

Bon, je remplis un questionnaire, pour créer mon dossier, avec nom, prénom, médecin prescripteur, nom de la compagne (ben oui, on vient pas là comme dans un peep show, on vient là parce qu'on veut des bébés, donc on doit avoir une compagne, c'est logique.), taille, poids (ça non plus vous ne saurez pas),etc.

Puis je vais m'installer dans la salle d'attente, et on viendra me chercher.

Petite remarque : le personnel de ce laboratoire est exclusivement féminin. Il est vrai que c'est une profession dans laquelle les femmes sont représentées de manière très forte, mais faut-il en déduire que les hommes ne veulent pas travailler dans ce genre de services ?

On vient donc me chercher. J'entre dans une pièce, toute médicale, avec un urinoir (vous ai-je dit qu'il ne fallait pas uriner pendant deux heures avant?), un lavabo, un fauteuil genre dentiste, et voilà.

Je dois donc m'installer et répondre encore à quelques questions : à quand remonte mon dernier rapport sexuel, suis-je fumeur, oui ? Combien ?

Ensuite, j'ai les instructions d'hygiène :

« Vous urinez pour vider complètement votre vessie, vous vous lavez les mains, puis vous pratiquez votre toilette intime avec la lingette antiseptique, vous vous relavez les mains, puis vous procédez à la masturbation. Vous éjaculez dans ce pot stérile que vous n'ouvrez qu'au dernier moment, puis vous le refermez aussitôt. Si vous avez besoin de la télé, la télécommande est ici. Une fois terminé, vous laissez votre petit pot. Vous appuyez sur le bouton d'appel, puis vous partez. Je vous laisse, enfermez-vous ».

Ouah...

Bon, ben c'est parti. J'urine, je toilette le tout.

Bon, si j'allumais la télé pour voir ?

Alors là, je dois dire quand même d'abord que je ne suis pas bégueule. Mais que mon dernier contact avec un film pornographique remonte à mes 16-17 ans, lors d'un voyage en Allemagne où j'étais tombé dans un groupe de gros bourrins qui se regardaient des pornos ensemble.

Ah non, il y avait aussi, à la même époque un copain dont le père avait pris un abonnement au câble, à la chaîne XXL. Et ce copain avait même surpris son père un soir. Bref....

Toujours est-il qu'un soir, on était quelques-uns et unes chez lui, et qu'il a mis cette chaîne pendant qu'on discutait, et nous avait sorti le scénario du film qui passait, ce qui, soit voulait dire qu'il n'y a pas grande variété dans les scénarios, soit qu'il l'avait déjà vu.

Donc quand même, je suis pas bégueule, j'ai rien contre l'érotisme ni contre son potentiel excitant, mais ce que j'ai vu en allumant cette télé... imaginez une fellation filmée en gros plan pendant je ne sais combien de temps, avec des gens pas beaux, en plus.

Suis-je bête, parmi vous, y a-t-il peut-être des amateurs...

Mais moi pas.

Je me suis quand même débrouillé, j'ai fermé mon petit pot, me suis lavé les mains et suis parti discrètement.

Bien sûr, après, dans la rue, vous imaginez bien que tous les regards étaient rivés sur moi, il y a même des touristes qui m'ont demandé leur chemin, sûrement pour me mettre mal à l'aise, d'ailleurs, le trajet en métro m'a confirmé qu'ils savaient tous ce que je venais de faire, heureusement je n'ai pas croisé de voisins dans l'escalier (heureusement je n'ai pas d'ascenseur...).

Et donc je suis rentré chez moi un peu traumatisé, mais pas trop, car le plus important, c'est surtout les résultats.

Et c'est la prochaine étape...