Après quelques jours interminables d'attente, l'enveloppe estampillée du laboratoire arrive dans la boîte aux lettres.

Entretemps, j'ai bien sûr eu le temps de me renseigner sur la lecture des résultats, grâce, encore une fois, et je les remercie beaucoup, à toutes celles qui échangent leurs expériences sur les Forums.

Donc, une fois, l'enveloppe reçue, je sais qu'au moment où je l'ouvrirai, je n'aurai qu'à poser mes yeux sur le papier pour savoir si le résultat est bon ou mauvais.

Là, je décide de vous tenir un peu en haleine, pour que vous ne sachiez pas si ce blog s'arrête maintenant ou pas...

Bon allez, il faut bien le dire, le résultat n'est pas bon, mais alors pas du tout...

En gros, pour vous la faire courte, parce que je ne vais pas tout détailler ici, il ressort de l'analyse que :

  • je ne produis pas assez de spermatozoïdes

  • ceux que je produis n'ont pas assez de vitalité, ni de mobilité

  • et enfin, même si ils y arrivaient, ils sont trop nombreux à avoir des formes atypiques, ce qui les empêchera de pénétrer l'ovule.

Donc, en gros c'est la « merdasse »...

Vous imaginez bien que la lecture de ces résultats a été immédiatement suivie d'un moment de déprime intense, puis d'une ruée sur les forums pré-évoqués pour savoir comment ça se passe quand on a ces résultats...

Derechef, nous prenons également rendez-vous chez la gynécologue, pour en avoir une lecture médicale, parce que, après tout, chaque cas étant particulier, il n'est pas dit que...

Bref, nous trouvons tous moyens pour nous rassurer, tout en gardant en tête quand même, que les résultats sont objectivement mauvais.

Alors, vous ajoutez à ça en plus une annonce de copine enceinte (une des dernières résistantes), quelques incertitudes professionnelles, un petit état de tension, et le fait que c'est le week-end et vous avez le cocktail idéal pour quelques jours de déprime.

Bon, heureusement, nous avons rendez-vous chez le médecin, qui nous en dira plus, mais il faut attendre 5 jours, ce qui est un peu long.

C'est à nouveau une étape.